Coût des études : les étudiants alençonnais attendent des réponses face aux inégalités

By Joachim Le Tallec In Presse

Depuis plus d’un an les étudiants en Masso-Kinésithérapie de l’Institut de Formation Régional En Santé (IFRES) d’Alençon interpellent la Région Normandie et pointent du doigt le problème financier auquel ils sont confrontés.
La réforme des études en Masso-Kinésithérapie du 2 septembre 2015 complique la situation alençonnaise. En effet par l’ajout d’un an de formation, la somme à débourser pour les 4 années de formation en masso-kinésithérapie au sein de l’IFRES s’élève à 23 200€. Cela obligeant pas moins de 50 % des étudiants à contracter un prêt allant jusqu’à 30 000€.
Cette réforme oblige également – selon l’article 1er – les instituts à établir une convention de formation entre l’Institut de formation, la région et l’université. À la suite d’une première année universitaire les étudiants normands intègrent un Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie (IFMK) mais tous ne peuvent pas accéder à une formation à frais universitaires. Les étudiants issus de l’université de Caen vont à l’IFMK d’Alençon, avec des frais d’inscription de 5800€ par an, tandis que les étudiants issus de l’université de Rouen vont à l’IFMK de Rouen, pour lequel les frais d’inscription sont de 184€ par an.
Après une première année universitaire commune, certains étudiants se voient donc payer 31,5 fois plus cher que d’autres leurs années d’études en IFMK, et cela pour l’obtention d’un même diplôme et l’acquisition des mêmes compétences.
Par ailleurs, la création de la nouvelle région Normandie au 1er Janvier 2016 avec la loi NOTRe aurait dû amener la région à harmoniser sa politique de financement des Formations Sanitaires et Sociales (FSS) pour les IFMK. Cependant il n’en est rien, et les disparités restent importantes.
La région Normandie participe plus ou moins au financement des instituts de son territoire. Ainsi, elle prend totalement en charge le coût de formation de l’institut de Rouen, et 50% du coût de formation de l’IFMK d’Evreux. Les frais de fonctionnement de l’IFMK d’Alençon ne font l’objet d’aucune participation de la Région. Pour les étudiants de ces trois IFMK, les frais d’inscription s’échelonnent donc de 184€ (Rouen) à 5800€ (Alençon) en passant par 4500€ (Evreux).
Nous nous retrouvons donc avec de profondes inégalités dans la politique de financement des FSS entre les anciennes Haute et Basse-Normandie concernant les IFMK.
Suite à un rendez-vous avec la Région, il a été proposé aux étudiants alençonnais la mise en place de contrats liant l’étudiant à la région en l’engageant à rester travailler 4 ans sur le sol normand à l’issue de sa formation. Si cette solution paraît séduisante sur le papier, en réalité il est impossible de proposer ces contrats sur une durée longue (4 ans) à l’ensemble des étudiants en kinésithérapie normands (plus de 150 diplômés par an). Le secteur public, bien qu’en manque de professionnels, ne pourrait pas assumer autant de nouveaux salariés et ces contrats ne peuvent donc pas être proposés à l’ensemble des étudiants. À qui alors proposer ces contrats ? Cela amènerait à créer de nouvelles inégalités, au sein d’un même institut cette fois.
De telles inégalités entre étudiants, qui plus est sur un même territoire, ne sont pas acceptables. Les associations étudiantes signataires demandent donc un financement régional de la formation en kinésithérapie pour tous les étudiants normands, avec par conséquent une formation à frais universitaires comme cela est le cas à Rouen.

Communiqué FNEK – Coût des Etudes Alençon (PDF)