L’avenir en suspens des redoublants en kinésithérapie !

By Joachim Le Tallec In Presse

Suite à la réforme de la formation en kinésithérapie, de nombreuses questions se posent quant aux situations de redoublements à l’issue de la deuxième année. Dans ces conditions, la rentrée n’est pas synonyme de sérénité pour tout le monde, et se trouve même être source d’angoisse pour certains étudiants et leurs instituts.

Les étudiants en kinésithérapie ont vu leur formation profondément restructurée à la rentrée 2015-2016, par la parution notamment de l’arrêté du 2 septembre 2015 relatif au Diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute. La FNEK (Fédération Nationale des Étudiants en Kinésithérapie) salue cette réforme permettant une actualisation du programme – qui datait de 1989 – et engageant un rapprochement avec l’université.
Ainsi, aujourd’hui cohabitent au sein des instituts de formation des promotions de deux programmes différents : celui de 1989, et celui de 2015. La FNEK attire l’attention sur les cas de redoublements de la dernière promotion régie par le programme de 1989.

L’alinéa 2 de l’article 35 de l’arrêté du 2 septembre 2015 relatif au Diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute précise que « les étudiants ayant entrepris leurs études avant cette date demeurent régis par les dispositions antérieures ». Les instituts de formation sont donc supposés mettre en oeuvre des moyens permettant un redoublement dans le programme de 1989. La FNEK pose donc la question de la capacité des IFMK (Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie) à proposer deux formations parallèles afin de satisfaire à cette obligation tout en assurant des conditions d’études propices à la réussite de tous.
Cependant l’alinéa 3 de ce même article porte lui à confusion : « Les étudiants de deuxième et troisième année qui redoublent ou qui ont interrompu une formation suivie selon le programme défini par l’arrêté du 5 septembre 1989 […] voient leur situation examinée par la commission semestrielle d’attribution des crédits. Celle-ci formalise des propositions de réintégration qui sont soumises à l’avis conforme du conseil pédagogique ».

Nombre d’étudiants se sont vus proposer pour cette rentrée 2016 un redoublement dans le programme de 2015, ou un passage en troisième année sous certaines conditions. Ces différences de traitement des situations de redoublement d’un IFMK à un autre amènent à une rupture d’égalité entre les étudiants.
La FNEK se pose également la question du traitement de situations similaires à l’issue de l’année scolaire 2016-2017 pour les étudiants en troisième année.

La FNEK dénonce l’imprécision du texte et le manque d’anticipation de cette situation de la part du gouvernement. Il est inadmissible que l’avenir des étudiants concernés soit soumis à l’interprétation de l’arrêté par les différents IFMK.
La FNEK appelle le gouvernement à se prononcer clairement et au plus vite sur le sujet, afin de prendre pleinement ses responsabilités vis-à-vis de la jeunesse dont il a fait l’une de ses priorités !

Communiqué FNEK – L’avenir des redoublants (PDF)